Kelys & Chirp

Kelys & Chirp célèbre joyeusement l’amitié. Elle réunit Chirp et Kelys, deux compagnons improbables qui vivent heureux ensemble, développés par deux Friends MB&F : Reuge et Nicolas Court. Kelys (du grec chelone ou chelys signifiant tortue) avance avec la démarche d’une véritable tortue en remuant doucement la tête d’un côté à l’autre. Ses mouvements sont synchronisés à ceux de Chirp qui surgit de son nid et virevolte en ouvrant et fermant le bec, battant des ailes et remuant la queue. Tout s’effectue au rythme du chant mélodieux de l’oiseau.
 
Il y a longtemps que les tortues représentent la sagesse, dans de multiples cultures, car elles ont une longue durée de vie (plus de 190 ans). Même s’il est sans aucun doute plutôt sage (un capteur mécanique intégré lui permet de ne pas tomber d’une table ou d’un bureau), Kelys a un côté ludique qui fait écho à l’exubérance du chant de Chirp.
 
Les tortues ont une démarche en poussée-détente très particulière que Kelys reproduit grâce à un système de roues et cames peu conventionnel. On peut cependant profiter du concert de Chirp sans que Kelys marche : queue relevée, il reste immobile, queue rabaissée, il avance.

Le chant de l’oiseau Chirp est extraordinaire, à la fois par sa précision et par sa puissance par rapport à la petite taille de l’objet ; cela grâce à une invention datant de 230 ans, le concept de l’oiseau chanteur moderne généralement attribué à Pierre Jaquet-Droz (1721–1790). Vers 1785, il parvint à miniaturiser le mécanisme de commande de l’oiseau et à développer un mouvement compact. Son secret : utiliser un soufflet à tonalités variables plutôt que plusieurs soufflets à tonalité unique pour reproduire un chant d’oiseau réaliste. On est toujours surpris par la qualité et l’excellente portée du chant de l’oiseau quand on l’entend pour la première fois.
 
Bien que Kelys & Chirp puisse apparaître simple au regard d’une montre compliquée, les 480 composants (nombre suffisant pour une répétition minute) témoignent de sa complexité intérieure. C’est en cela que Nicolas Court et son équipe ont exercé leur talent : ils ont relevé des défis considérables afin de développer le mécanisme d’automate de la tortue en travaillant autour de l’oiseau chanteur, qui constitue à lui seul un mouvement complet. Il s’agissait d’une part, d’animer la tortue relativement lourde (1,4 kg) avec le peu d’énergie disponible dans le petit barillet du mouvement de l’oiseau chanteur ; et, d’autre part, de s’assurer qu’elle se déplace de manière réaliste. Le premier problème a été résolu par la recherche d’un rapport d’engrenage faible optimal, le deuxième par l’utilisation d’un rouage elliptique dans la transmission, avec des cames pour commander le mouvement des pattes.

Nicolas Court et son équipe ont ajouté un système de sécurité à friction qui détecte les bords d’une surface et arrête immédiatement le mouvement de la tortue, avant le désastre. En outre, Ils ont repris un système de sécurité Reuge pour le mouvement de l’oiseau : si Chirp ou son couvercle sont accidentellement repoussés pendant le chant, l’oiseau s’arrête et se retire instantanément dans son nid.
 
Sur la carapace de Kelys, les écailles (les tortues sont des reptiles) sont façonnées à la main, une à une, dans des cuirs de haute qualité de quatre couleurs différentes. La sensation produite est plus chaleureuse et naturelle que celle du métal.
 
Kelys & Chirp est disponible en quatre éditions limitées de 18 exemplaires, respectivement en bleu, vert, jaune et ocre.